Participation de doctorant.es du Lcf au colloque “Des sources aux SIG” organisé par la MSH Paris-Saclay et l’EHESS

Route des bâtiments à vapeur dans l’océan Indien d’Aden au détroit de la Sonde, Dépôt des cartes et plans de la marine, imp. A Lainé, 1872 (Bibliothèque Nationale de France)

Nos recherches de doctorantes et doctorants réunionnais sont bien souvent peu visibles outre-mer, en France métropolitaine et ailleurs. C’est pourquoi il est important que nous fassions résonner nos voix, quand l’occasion s’en présente, dans les amphithéâtres parisiens. Les récentes recherches menées au LCF s’inscrivent dans une pensée depuis l’océan Indien, et c’est notre responsabilité de jeunes chercheurs ultramarins que d’aller faire entendre ce point de vue décentré.

C’est dans cette perspective d’échange d’idées qu’un.e ou plusieur.es doctorant.es du LCF participeront au colloque organisé en décembre prochain par la MSH Paris-Saclay et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et intitulé “Des sources aux SIG. Des outils pour la cartographie dans les humanités numériques”. Les deux prestigieuses institutions parisiennes souhaitent avec ce colloque réunir à la fois des chercheurs en SIG (systèmes d’informations géographiques) et en SHS, des géographes et des cartographes, dans une perspective profondément pluridisciplinaire. Épistémologie, cas d’étude concrets, problèmes de la gestion du “big data” en sciences sociales par exemple… le dialogue est ouvert.

A l’université de la Réunion, nous avons la chance d’avoir un département de cartographie toujours ouvert à la collaboration avec les chercheurs et les doctorants de SHS. La question de la carte est en effet particulièrement importante pour penser l’île et interroger ses représentations et sa place dans le monde: on peut recherche les premières apparition de la Réunion sur les anciennes cartes maritimes chinoises ou arabes, analyser les portulans européens et les cartes de navigations — actes de cartographie (et de territorialisation) de la Réunion depuis ailleurs (je signale à ce sujet l’excellent ouvrage d’Emmanuelle Vagnon et Eric Vallet, La Fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité – XVIe siècle), Paris: Publications de la Sorbonne, 2017). Souvent vue comme un outil colonial et de pouvoir, la carte peut cependant être ouverte et investie par d’autres points de vue que le surplomb — devenir performance, pour reprendre le vocabulaire et la pensée de Gilles Deleuze et Félix Guattari dans Mille Plateaux. Il s’agit alors pour nous de nous demander quel océan Indien, quelle France, quel monde, quels réseaux, quelles frontières sont donnés à voir depuis la Réunion, sous la forme de cartes. L’enjeu épistémologique de la cartographie est donc très important lorsque l’on pense depuis la Réunion.

Enfin, dans les SHS et pour les doctorant.es en particulier, la cartographie amène à une ouverture pluridisciplinaire intéressante et à un développement de compétences techniques toujours valorisable dans le contexte actuel.

L’appel à communication est disponible en ligne à l’adresse http://msh-paris-saclay.fr/appel-a-communications-colloque-des-sources-aux-sig-des-outils-pour-la-cartographie-dans-les-humanites-numeriques-18-09-2020/. Les propositions de communications sont acceptées jusqu’au 18 septembre et, dans le contexte actuel, une participation en visioconférence sera possible.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search