Séminaire doctoral LCF-CREGUR : “L’Océan Indien: territorialisation et conceptualisation”

Pour le dernier séminaire de cette année particulière, les doctorant.e.s du LCF ont choisi de faire équipe avec leurs homologues du CREGUR, le laboratoire de géographie de l’université, afin d’interroger ce que les chercheurs appellent l’océan Indien. Voici l’appel à communication du séminaire.

Affiche du séminaire doctoral LCF-CREGUR du 25 novembre 2020

Au début de son ouvrage Empires of the Monsoon (1996), Richard Hall recommande à son
lecteur, pour apercevoir la zone océan Indien, de commencer par retourner la carte : à l’envers, le
lecteur pourra distinguer un “bol” formé par les côtes de l’Afrique, du Moyen-Orient, de l’Asie et de l’Australie, coiffé par l’Antarctique. S’il faut commencer par retourner la carte, par renverser son regard est nécessaire pour comprendre l’océan Indien, cela signifie qu’il n’y a rien d’évident dans sa conceptualisation — d’autant plus si, par “océan Indien”, on désigne l’espace maritime, mais aussi ses îles et les pays bordiers qui l’entourent, appartenant à quatre continents différents.
Pourtant, au quotidien, les acteurs pratiquent bien un espace qu’ils appellent océan Indien. Et ce faisant, prennent acte de territoires qui peuvent se chevaucher sans forcément coïncider. Cependant, celui des biologistes marins est-il le même que celui des historiens, des journalistes, des militaires ? Comment les nouvelles technologies de l’information et de la communication médiatisent-elles ces découpages territoriaux ? De plus, il existe un changement sociétal très important créé par ces NTIC qui transforment les pratiques des acteurs de l’espace d’échange océan Indien.
D’un autre côté, depuis l’océan Indien et les recherches menées sur l’océan Indien, les chercheurs construisent un objet qu’ils appellent océan Indien afin d’étudier ces pratiques. Par exemple, les cartes dessinent une géographie de l’océan Indien (Vagnon & Vallet, 2017), les corpus littéraires façonnent une aire culturelle indianocéanique (Samuelson & Lavery, 2019 ; Marimoutou, 2006). La géopolitique des politistes ainsi que celle des géographes configurent des aires à enjeux de territorialisation et les corpus d’information et de communication en donnent médiation (Rafidinarivo et Sabathier 2020).
À une territorialisation – que nous entendons dans son sens de « constitution d’un espace en territoire par une espèce animale ou un groupe humain » (Encyclopaedia Universalis) – par les pratiques des acteurs s’articule donc une conceptualisation de l’océan Indien en tant qu’objet et contexte de recherche.

L’objectif de ce séminaire est ainsi double: il tient à la fois de l’observation des pratiques et de
la réflexion épistémologique. Il s’agit de mettre en dialogue ces deux facettes de l’océan Indien, à la fois ensemble de territoires et objet de recherche en constante évolution, et de tenter de comprendre comment ils interagissent. L’enjeu pour la recherche en général et en particulier pour les doctorantes et doctorants, consiste à comprendre la multiplicité sémiotique de la dénomination océan Indien, et si une approche théorique transversale, voire interdisciplinaire (Lenoir, 2003 ; Claverie, 2010) de l’océan Indien peut être construite à partir des différentes pratiques et représentations de cet espace d’échange.

Le séminaire comportera une partie communications et questions, suivie de deux tables rondes
autour de questions transversales.

Axes des communications
○ Un premier axe consiste à questionner la zone océan Indien en tant qu’espace vécu et pratiqué par
différents acteurs. La différence de pratique (politique, militaire, sociale, culturelle, numérique…)
construit en effet des possibilités d’interprétations différentes à l’intérieur d’une même zone. Essayer de comprendre les enjeux de ces interprétations est l’objectif de ce premier axe.
○ Le deuxième axe est une réflexion sur la construction de l’objet de recherche « océan Indien » tel
que considéré dans différentes disciplines universitaires. Du point de vue du chercheur, une étape est de rassembler les éléments qui représentent l’océan Indien, comme il est construit et interprété dans ses recherches.
○ Le troisième axe de ce séminaire se situe à la rencontre des deux premiers dans la mesure où l’objet de recherche océan Indien est construit pour analyser les pratiques de territorialisation des acteurs ainsi qu’élaborer la conceptualisation des chercheurs. L’objectif est donc de comparer épistémologies et méthodologies afin de réfléchir à la manière dont l’objet de recherche est analysé.

Tables rondes
○ L’Indianocéanie, construction, pratiques et critiques :
Au sein de cet ensemble parfois flou qu’est l’océan Indien, l’Indianocéanie se présente d’une part
comme un regroupement d’acteurs et de territoires, et d’autre part comme un concept politique, social et culturel. La conceptualisation scientifique fait débat. Il s’agit ainsi de questionner les différentes constructions disciplinaires autour de ce concept transversal à bien des égards. Par ailleurs, celui-ci évolue également dans un contexte de mondialisation par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, qui proposent un espace de réflexion sur sa manière de se construire en tant que concept flou d’un côté et en évolution accélérée de l’autre.
○ Patrimoine et patrimonialisation dans l’océan Indien :
Une des questions qui se pose dans la construction de l’Indianocéanie est celle d’un patrimoine
partagé par les différents territoires qui la composent. Ce patrimoine, qu’il soit culturel ou naturel
représente des enjeux spécifques à chaque territoire. Cette table ronde cherchera à comprendre
comment les processus de patrimonialisation construisent des territoires et des ensembles de
territoires, et à quelles frontières ils se heurtent. On pourra aussi s’interroger sur l’archive que
constitue le patrimoine, sur sa médiation entre les différents acteurs, mais aussi sur ce qui n’est pas
patrimonialisé dans l’océan Indien.

Bibliographie indicative
○ BENGHOZI Pierre-Jean, Les communautés virtuelles : structuration sociale ou outil de gestion ?,
Entreprises et histoire, vol. 43, no. 2, 2006, pp. 67-81.
○ BOUCHARD Christian, OSMAN Shafick, RAFIDINARIVO Christiane (eds.): Southwest Indian
Ocean Islands : Identity, Development and Cooperation, Journal of Indian Ocean Region, Routledge,
Taylor and Francis, Special issue, 2019.
○ CLAVERIE Bernard, Pluri-, inter-, transdisciplinarité: ou le réel décomposé en réseaux de savoir,
Projectics / Proyéctica / Projectique, vol. 4, no. 1, 2010, pp. 5-27.
○ EVE Prosper, Les sociétés créoles de l’Indianocéanie : échanges, mutations et perspectives.
Carnets de recherches de l’océan Indien, Université de La Réunion, 2018, Espaces insulaires de
l’océan Indien. Les mutations contemporaines : hal-02474948
○ FOLIO Fabrice, BOUCHET Serge, 2015, Océan Indien : enjeux patrimoniaux et touristiques, Actes du Grand séminaire de l’océan Indien 2014, n°4 collection « Terres et Sociétés indo-
océaniques », EPICA, Unité de Recherches Océan Indien/ Espaces et Sociétés, CREGUR CRESOI, Université de La Réunion.
○ GEORGES Fanny, Représentation de soi et identité numérique : Une approche sémiotique et
quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0. Réseaux, n° 154(2), 165, 2009
○ HALL Richard, Empires of the Monsoon: A History of the Indian Ocean and Its Invaders, New
York: Harper Collins, 1996.
○ HOARAU Paul, Un nouvel espace géopolitique se dessine : l’Indianocéanie. Études Océan Indien,
n° 49-50, 1 juillet 2013 : https://doi.org/10.4000/oceanindien.1881
○ JAUZE Jean-Michel (dir.), Patrimoines partagés, traits communs en Indianocéanie, La Réunion:
Commission de l’océan Indien, 2016.
○ LENOIR Yves, La Pratique de l’interdisciplinarité dans l’enseignement: pour construire des
savoirs transversaux et intégrés dans le cadre d’une approche par compétences, Centre de recherche
sur l’intervention éducative, Faculté d’éducation, Université de Sherbrooke, 2003.
○ MARIMOUTOU Jean-Claude, Carpanin, Littératures indianocéaniques, Revue de Littérature
Comparée, 2006-2 (n°318), pp. 131-140.
○ GALIBERT, Nivoelisoa. – Chronobibliographie analytique de la littérature de voyage imprimée en français sur l’océan Indien (Madagascar–La Réunion–Maurice) des origines à 1896. Paris, Éditions Honoré Champion, 2000, index 2 (Histoire du livre et des bibliothèques).
○ RAFIDINARIVO Christiane et SABATHIER Thierry, Nouvelle Géopolitique Océan Indien,
Catalogue d’exposition scientifique, Association Océan Indien de Science Politique, La Réunion,
2020 : https://hal.univ-reunion.fr/hal-02977001
○ SAMUELSON Meg and LAVERY Charne, “The Oceanic South”, English Language Notes, 2019-
1 n°57, pp. 37-50
○ SIMONIN Jacky, WATIN Michel et WOLFF Éliane, Comment devient-on Réunionnais du monde?, tic&société [En ligne], Vol. 3, n° 1-2 | 2009, mis en ligne le 20 avril 2019, consulté le 27 octobre
2020.
○ UNESCO, Liste du patrimoine mondial de l’humanité : http://whc.unesco.org/fr/list/arb
Madagascar : http://whc.unesco.org/fr/etatsparties/mg
Maurice : http://whc.unesco.org/fr/etatsparties/mu
La Réunion, France : https://ich.unesco.org/fr/RL/le-maloya-00249;
http://whc.unesco.org/fr/list/1317
○ VAGNON Emmanuelle et VALLET Eric (dir.), La Fabrique de l’océan Indien: Cartes d’Orient et
d’Occident, Paris: Publications de la Sorbonne, 2017

Modalités de proposition
Le format des communications sera de 20mn, suivies d’un temps de questions.
Pour les tables rondes, chaque intervenant disposera d’un temps de parole de 5mn, suivi par une
discussion.
Les propositions de communications (intitulé et proposition, 2000 caractères maximum) ou de
participation à une table ronde (1000 caractères maximum) sont à envoyer le 10 novembre 2020 au
plus tard, au format pdf, aux adresses suivantes :
 meila.assani@univ-reunion.fr
 cecile.do-huu@univ-reunion.fr
 lauriane.verhoog@univ-reunion.fr
Merci de préciser, pour les communications, si votre intervention est envisagée en présentiel ou à distance (via Zoom) ; les tables rondes auront lieu uniquement en présentiel.

Responsables scientifiques et contacts
Meïla ASSANI, Doctorante LCF en Sciences de l’Information et de la Communication sur Les stratégies de communication identitaires développées par les NTIC. L’émergence d’une subculture afropéenne grâce aux NTIC : étude des impacts culturels et sociétaux, sous la direction de Nathalie NOËL, LCF et de Sarah SEPULCHRE , GIRCAM. meila.assani@univ-reunion.fr
Cécile DO HUU, Doctorante LCF / CLIMAS en Littérature comparée sur L’Envers du voyage. Construction et déconstruction d’un discours du voyage dans quelques récits indianocéaniques de J. Conrad, J. M. Coetzee et J.M.G. Le Clézio, sous la direction de Carpanin MARIMOUTOU, LCF et de Nicole OLLIER, CLIMAS. cecile.do-huu@univ-reunion.fr
Lauriane VERHOOG, Doctorante OIES-CREGUR en Géographie sur Territoire et identité à Madagascar et au Mozambique : enjeux et défis culturels sur l’organisation sociospatiale. Etude du lien entre les interactions culturelles et les modifications des structures sociétales, sous la direction de François TAGLIONI et de Fabrice FOLIO, OIES-CREGUR. lauriane.verhoog@univ-reunion.fr
Christiane RAFIDINARIVO, Docteure Habilitée à Diriger des Recherches en Science Politique,
spécialiste de l’Océan Indien, LCF / CEVIPOF CNRS UMR 7048, Sciences Po :
christiane.rafidinarivo@sciencespo.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search