Séminaire doctoral “Sexe, genre, classe, ethnie. Réflexions sur la posture de recherche”

L’année 2021 démarrera fort et du bon pied au LCF, avec le séminaire récurrent sur la posture du chercheur, dont vous trouverez l’appel à contributions ci-dessous.

Affiche séminaire doctoral LCF Sexe, genre, classe, ethnie

Appel à contribution

Emmanuelle HESS et Delphine IMARA IVOULA ILA, doctorantes du Laboratoire de recherche sur les espaces créoles et francophones (LCF), de l’Université de La Réunion, organisent dans le cadre d’un séminaire en collaboration avec Mylène LEBON-EYQUEM, enseignante chercheure en sciences du langage, un travail d’étude sur la thématique de la posture de recherche, le mercredi 27 janvier 2021. Il s’agit ici de questionner cette notion située au fondement même du métier de chercheur.e et de l’articuler plus précisément autour des sujets relatifs à la place du sexe, du genre, de la classe et de l’ethnie dans la démarche scientifique des chercheur.e.s en sciences humaines et sociales.

Nous invitons donc les chercheur.e.s et doctorant.e.s intéressé.e.s par ce séminaire à nous faire remonter leurs propositions de participation avant le 7 janvier 2021, aux adresses mails suivantes :

mylene.eyquem@univ-reunion.fr

delphine.imara-ivoula-ila@univ-reunion.fr

emmanuelle.hess@univ-reunion.fr

Objectif : interroger la notion de subjectivité et son articulation avec la question de l’identité des chercheur.e.s

Sujet crucial des débats en recherche, la question de la subjectivité s’intègre dans les rapports entretenus par les chercheur.e.s au travers de leurs identités, de leurs parcours de vie et d’expériences de terrain. Si dans un premier temps, la “neutralité axiologique issue des travaux de Weber (1990) apparaît évidente dans l’activité de recherche et renvoie à l’absence totale de jugements de valeur et la nécessaire distanciation qu’elle présuppose avec les jugements de faits (R. Aron, 1990 ; N. Heinich,1998) ; il faut rappeler dans un second temps que cette vision tend à placer les chercheur.e.s dans un statut de “conciliateur” (R. Pfefferkorn, 2014). Une posture qui, comme l’indique Roland Pfefferkorn, présente le scientifique comme s’il “était hors-sol, en dehors des tensions et des disputes qui agitent la société dans laquelle pourtant il vit et dans laquelle il a des attaches et des intérêts, comme s’il n’occupait pas lui-même une position sociale particulière, enfin comme s’il n’adhérait pas, ou ne s’opposait pas à telle ou telle valeur” (2014 : 86).

Sans faire l’économie de la nécessaire rigueur qu’implique toute démarche de recherche, la présentation de ce postulat s’intègre dans la démarche de séminaire ici proposée, dont la volonté tend ainsi à interroger la place de la subjectivité dans la réflexion des chercheur.e.s.

Enquêtes de terrain, ou recherches dans les archives, les chercheur.e.s interagissent sans cesse avec différents espaces et les politisent. Ainsi le champ de recherche devient un théâtre où le quatrième mur est brisé. Les chercheur.e.s qui au départ ne sont que spectateurs deviennent alors acteurs. Ils/elles entreprennent le travail de recherche et pourraient impacter celui-ci par leur simple présence et par celle de facteurs relatifs au genre, au sexe, à la position sociale ou encore à l’ethnie. Faisant partie intégrante de cette démarche scientifique, les chercheur.e.s mettent en relief des problématiques qui leur sont propres et reflètent une forme de singularité. De ce fait, il convient de s’interroger sur les éléments – conscients et/ou inconscients – influant ces choix de recherche que nous pouvons questionner en termes de genre, d’histoire, de Culture.

L’identité est au cœur de la recherche puisque cette dernière est le produit d’une réflexion personnelle, et/ou collective. Tournons-nous plus particulièrement sur l’identité des chercheur.e.s à partir d’un point géographique précis qui est l’île de La Réunion. Département d’Outre-Mer français, elle se positionne comme un espace particulier face à la métropole car éloigné géographiquement, mais présente surtout la particularité d’être marquée par un passé colonial. Les nombreuses ethnies qui forment le peuple réunionnais et les nombreuses migrations vers ce département, impliquent dans une certaine mesure, une pensée Sud-Nord dans le cadre de la recherche. Les chercheur.e.s – comprenant aussi les doctorant.e.s – sont situé.e.s au carrefour de différents facteurs d’identités que sont le sexe, le genre, la classe, l’ethnie. A ces derniers s’ajoute la présence de rapports de force dans la valorisation et l’exercice de la recherche à La Réunion et en Métropole ; que ce soit dans les relations entre pairs, sur le terrain, avec les enquêtés ou encore dans les relations d’ordre institutionnel, hiérarchique et entre universités.

Le questionnement se poursuit sur la notion de considération des travaux de recherche, notamment sur ceux issus d’une université dite “insulaire”. Les travaux renvoyant à une multiplicité de profils scientifiques et individuels mais aussi confrontés à la recherche nationale sont aussi sujets à ce rapport de force.  Nous pouvons dès lors nous questionner sur l’implication de l’identité dans la posture de recherche : “Ce regard peut être compris comme une forme d’”anthropologie chez soi” qui explore l’appartenance culturelle, professionnelle, linguistique ou sociale du chercheur dans son rapport à ses objets et terrains d’étude.”, (A. Sedooka, G. Steffen, T. Paulsen, al., 2015 : 367 à 377).

Le séminaire proposé se veut être une réflexion autour du métier de chercheur.e, ainsi que du rapport entretenu entre le terrain, le sujet de recherche et celui/celle qui le traite. De fait, selon Philippe Blanchet et Patrick Chardenet (2014): “(…) en SHS, il n’y a pas et ne peut pas y avoir d’“objets”, il n’y a que des “sujets” : les chercheurs en SHS étudient les phénomènes humains et sociaux, les êtres humains dans leurs fonctionnements anthropologiques et socioculturels, c’est-à-dire que, d’une part, ils s’étudient eux-mêmes, et que, d’autre part, ils étudient des êtres autonomes, conscients, réflexifs, et des phénomènes d’une complexité indescriptible et imprédictible dans sa totalité.” (P. Blanchet, 2014 : 14).

Les chercheur.e.s deviennent ainsi dans ce cadre de réflexion leur propre sujet. Cette manifestation est l’occasion de s’interroger sur le positionnement face à la recherche ou encore l’objet d’étude. En tant que chercheur.e réunionnais.e ou situé.e sur le territoire, quelle position, les corps, l’esprit donnent-t-ils au travail de recherche ? Comment l’analyse in concreto de son champ d’études joue-t-elle à contrario un rôle sur le.a chercheur.e et les représentations qu’il/elle possède?

Axes de réflexion : sexe, genre, ethnie et classe en question

La place des chercheur.e.s est ici interrogée à travers quatre axes qui s’intersectionnent sous la coupe globale de l’identité : le sexe, le genre, l’ethnie et la classe. De la question du sexe et du genre figure l’idée qu’il y a bien des différences biologiques et culturelles entre les chercheur.e.s. Prendre en compte le sexe biologique, ainsi que l’articulation avec le genre qui n’est autre qu’une construction sociale de comportements classés masculins ou féminins et pas toujours en accord avec le sexe biologique, permet une réflexion autour des chercheur.e.s. Souvent issues d’une construction genrée qui interagit avec son sujet, les identités peuvent entrer en réflexion dans les terrains de recherche, d’où notamment le développement autour de la question du genre comme construction sociale et culturelle, et non pas biologique. Les études de genre, nées aux Etats-Unis dans les années 1960 démontrent leur durabilité au vu de la multiplication des questions relatives à l’identité genrée. Il apparaît aujourd’hui pertinent de penser scientifiquement ces questions sociales et stéréotypes de genre qui peuvent entrer en conflit avec la recherche. Malgré les questionnements autour de cette thématique, les préjugés sur le sexe biologique et la société patriarcale entraînent des inégalités entre hommes et femmes dans le domaine de la recherche. En 2016, 28% des chercheur.e.s sont des femmes en France. On note par ailleurs qu’en 2018, 28% des femmes chercheur.e.s occupent un poste de Professeure, tandis que 44% d’entre-elles sont des Maîtresses de Conférence (Ministère de l’Enseignement supérieur, 2019).

Il s’agit également d’interroger au sein de ce séminaire, les différents rapports présents entre la question de l’ethnicité et de l’activité scientifique. Une première notion dont l’étude académique puise sa source dans la recherche anglo-saxonne du XXe siècle et que Marco Martiniello définit comme “une des formes majeures de différenciations sociales (…) dans la plupart des sociétés contemporaines. Elle repose sur la production et la reproduction de définitions sociales et politiques de la différence physique, psychologique et culturelle entre des groupes dits ethniques qui développent entre eux des relations de différents types (coopération, conflits, compétition, domination, exploitation, reconnaissance, etc.)”, (M. Martiniello cité par A. Rochereuil, 2013 : 154). Intégrant son attrait culturel, l’idée d’ethnicité renvoie également à celle d’une identité processuelle et à celle de l’intime (Barth et Boyer, 2007). Elle soulève dès lors plusieurs questionnements quant à la posture des chercheur.e.s qui, dans certains cas, se retrouvent sur des terrains où l’appartenance ethnique peut amener à une caractérisation de la relation enquêteur-enquêté (C. Gervais, 2019). D’où l’importance d’un travail d’introspection et de réflexivité des scientifiques quant à leurs propres représentations, appartenances ethniques et ethnocentrisme culturel grâce notamment, à la mise en place de : récits d’expériences, réunions et débats entre chercheur.e.s (Amina Béji-Bécheur, Maud Herbert et Nil Özçağlar-Toulouse, 2011).

Dans cette continuité, le séminaire ici concerné, s’intègre dans cette démarche de questionnements réflexifs et de présentation d’expériences. Outre le sexe, l’identité de genre, et l’ethnie, les rapports de classe peuvent aussi jouer un rôle prépondérant dans les abords de la recherche et le rôle social occupé par chacun.e. peut influer sur l’anticipation du terrain d’étude, son approche, et son traitement. Les différences de classes sociales peuvent entraîner des rapports de forces entre le.a chercheur.e et son terrain d’enquête. Ces stratifications sont autant de sujets d’intérêt, de réflexion que d’interaction puisque les chercheur.e.s y posent un regard subjectif. Mais comme le démontre François Dubet : “(…) l’analyse en termes de classe est aussi une sociologie de la domination : la culture, la religion, l’art, l’éducation, l’ordre urbain, le droit, etc., relèvent de ce type d’analyse”. (F. Dubet, 2012 : 261). Ainsi les classes sont autant outil de perception d’une part que sujets d’analyse d’autre part, et occupent un rôle majeur dans la recherche et le positionnement des acteurs scientifiques. Avec la mise en avant de cette notion, s’ajoute implicitement l’idée de rapports existants entre les différents groupes composant la société. Comme le rappelle Louis Chauvel, “la persistance d’inégalités structurées, liées à des positions hiérarchiquement constituées et porteuses de conflits d’intérêts dans le système productif, continue de poser question” (L. Chauvel, 2001 : 316). Partant de ce principe, la mise en parallèle d’une telle caractéristique sociale avec l’étude d’un objet et de groupes issus de différentes classes interroge aussi la posture des chercheur.e.s et l’impact de cette appartenance sur les relations issues du terrain (Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, 1995). Une interrogation également placée dans le cadre de ce séminaire et qui tend à être travaillée au sein de la discussion collective envisagée.

Dans la continuité des observations précédentes et situé à partir du contexte réunionnais, ce séminaire propose une mise en débat des quatre axes présentés et la formalise à travers plusieurs questionnements, concernant d’une part les différentes formes d’interactions entre identité des chercheur.e.s et terrains d’étude. A savoir comment ces rapports de subjectivité peuvent modeler une démarche scientifique (du positionnement de recherche, au terrain, jusqu’à la restitution des résultats) et comment dans ce cadre, le.a chercheur.e compose avec sa propre identité. D’autre part, il s’agit d’interroger le travail de réflexivité de ce dernier vis-à-vis des axes soulevés soit ceux relatifs au sexe, au genre, à la classe sociale et à l’ethnie. L’idée étant de voir comment la prise de recul réflexive peut être articulée dans ces cas précis.

Ouverte à l’interdisciplinarité, cette journée d’étude tend vers une présentation de réflexions théoriques complétées par des discours de l’ordre du témoignage, du récit de parcours, d’expériences vécues en tant que chercheur.e, pouvant être liés aux thèmes centraux précédemment évoqués.

Table Ronde : vers une analyse réflexive de la posture du/ de la chercheur.e face au terrain

Une dernière partie de ce séminaire doctoral consiste en la mise en place d’une table ronde. Celle-ci a pour visée l’ouverture d’un débat entre les intervenants et les membres du public, autour des quatre axes préalablement désignés et rendant compte de plusieurs problématiques, notamment liées à la confrontation du/de la chercheur.e à son terrain scientifique.

Derrière les axes de recherche, les pistes de réflexion, il est important de souligner et de se pencher sur la question de l’individualité qui interagit avec le sujet de recherche. Comment est abordé le terrain scientifique entre identité personnelle et identité de chercheur.e ? Quelle place prend la subjectivité liée aux axes du genre, du sexe, de la classe et de l’ethnie ? A partir de là, quels outils réflexifs et méthodologiques peuvent être mobilisés pour maîtriser cette subjectivité ? C’est à travers des questionnements liés au rapport d’expériences, de témoignages d’approches du terrain d’observation et de mise en situation de soi face à ce dernier que se déroulera ce temps d’échanges.

Références bibliographiques et électroniques

ARON R., 1990, Préface à Weber M., Le savant et le politique, 10/18, trad. J. Freund.

BARTH I., BOYER A., 2007, L’obligation éthique du marketing ethnique, le management

de la diversité. Enjeux, fondements et pratiques, Éds Barth I., Falcoz C., Paris, L’Harmattan.

BEJI-BECHEUR A., HERBERT M., OZCAGLAR-TOULOUSE N., 2011, “Étudier l’ethnique. La construction de la responsabilité des chercheurs face à un sujet sensible”, Revue française de gestion, vol. 216, no. 7, 2011, pp. 111-128.

BLANCHET P., CHARDENET P., 2014, Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures, Éditions des Archives Contemporaines, Paris.

CHAUVEL L., 2001, “Le retour des classes sociales ?”, Revue de l’OFCE, vol. 79, n° 4.

COFFI G., 2019, “Implications méthodologiques de l’identité du chercheur perçue comme étiquette politique”, ¿ Interrogations ?, n°29.

DUBET F., 2012, “Classes sociales et description de la société”, Revue Française de Socio-Économie, n° 10, p.259-264. DOI : 10.3917/rfse.010.0259. URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2012-2-page-259.htm

HEINICH N., 1998, Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2019, “Vers l’égalité Femmes -Hommes, Chiffres clés”, [en ligne], URL : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Brochures/32/8/parite2018_stats_A5_11d_908328.pdf

PFEFFERKORN R., 2014, “L’impossible neutralité axiologique. Wertfreiheit et engagement dans les sciences sociales”, Raison présente, vol. 191, n° 3, pp. 85-96.

PINCON M., PINCON-CHARLOT M., 1995, “Aises et malaises du chercheur : considérations sur l’enquête sociologique dans les beaux quartiers”, L’Homme et la société, n°116. Les passions de la recherche (II) : L’Allemagne revisitée. pp. 19-29.

ROCHEREUIL A., 2013, “Marco Martiniello, Penser l’ethnicité. Identité, culture et relation sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 octobre 2013.

SEDOOKA A., STEFFEN G., PAULSEN T. et al., 2015, “Paradoxe identitaire et interdisciplinarité : un regard sur les identités disciplinaires des chercheurs”, Natures Sciences Sociétés, Vol. 23, p. 367-377. DOI:10.1051/nss/2015056.URL: https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2015-4-page-367.htm

WEBER M., 1990, Le savant et le politique. Paris, 10/18.

Calendrier

Limite d’envoi des propositions : 8 janvier 2021

Les propositions de communication pourront être réalisées de manière distincte pour la participation au séminaire et pour la participation à la table ronde. Toutefois, il est également possible de participer aux deux parties prévues pour ce séminaire en le spécifiant dans la proposition à envoyer.

Interlocutrices et contacts

Mylène Eyquem (mylene.eyquem@univ-reunion.fr)

Emmanuelle Hess (emmanuelle.hess@univ-reunion.fr)

Delphine Imara Ivoula Ila (delphine.imara-ivoula-ila@univ-reunion.fr)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search