Séminaire doctoral du 24/03/2021 “Le comparatisme comme base épistémologique et méthodologique en Lettres et SHS”

Ce séminaire de recherche vise à saisir les enjeux des approches comparatives sur le plan épistémologique et méthodologique. La comparaison est un élément récurrent dans de nombreux domaines d’études. En Sciences du langage, la comparaison recouvre (au moins) deux domaines : la linguistique contrastive, qui trouve les différences et similitudes entre des langues ou des contextes socio-linguistiques, et la linguistique comparative. Si la littérature comparative est un champ reconnu, le comparatisme est également important en Sociologie, en Sciences de l’information et communication, dans la Géographie et dans le Droit.

Nous pouvons certes affirmer que l’approche monographique est plus fréquente que l’approche comparatiste dans les sciences sociales (Lemieux 2019 : 1), mais il est également vrai que l’approche comparative est un élément essentiel de toute recherche sociologique (Lemieux 2019 : 8 ; Coenen-Huther 2012 : 123 ; Durkheim 2010 [1895] : 267). De plus, la comparaison est primordiale pour prendre conscience des différences entre des objets de recherche afin d’appréhender leurs singularités (Coenen-Huther 2012 : 123). Le comparatisme sert non seulement à mieux comprendre les éléments comparés, mais également à trouver des généralisations applicables à de nombreux contextes semblables (Lemieux 2019 : 10).                                                                                                              

L’approche comparative s’ancre dans les contextes historiques des sociétés que l’on compare. Il importe de prendre en compte tous les facteurs pertinents afin de s’assurer de la comparabilité des différents terrains ou espaces (Coenen-Huther 2012 : 125). De même, Cyril Lemieux invite à une approche comparative « réflexive » contre des tendances à la comparaison « dépréciative », d’autant plus lorsque nous traitons de terrains bien distincts (Lemieux 2019 : 9). D’après Pageaux (2008 : 72), il ne faut pas « comparer l’incomparable », ce qui implique que « l’écart différentiel ne soit ni trop grand ni trop petit » (Letellier 2010 : 16).

Dès lors, plusieurs interrogations se posent. Comment compose-t-on un corpus ou terrain à des fins comparatives ? Ces contextes sont-ils comparables et de quelles façons ?  Quelles notions comparatives peut-on faire intervenir afin de rendre compte des similitudes et des différences ? Comment la comparaison est-elle impactée par ces différences ? Comment peut-on ensuite utiliser ces données ? Nos orientations épistémologiques et nos choix méthodologiques sont-ils induits par nos approches comparatives ? Que fait le comparatisme à la construction des connaissances ? 

À titre d’exemple, en Sciences du langage, les chercheurs qui s’intéressent aux discours, au phénomène de la prosodie du français, aux langues écrites et orales ou encore à la diglossie ont souvent recours à l’analyse comparative. Elle est régulièrement utilisée dans la zone Océan Indien par exemple avec des auteurs tels que Robert Chaudenson (« approche historico-linguistique des créoles des Mascareignes et des Seychelles », 2012) ou Georges-Daniel Véronique (« la dynamique des langues créoles dans l’espace plurilingue de l’Océan Indien : réflexions écolinguistiques », 2018). D’après, Alicia Yllera « comparer sa langue à celle des autres a été le premier exercice auquel l’homme s’est livré dès qu’il a pris contact avec des gens parlant d’autres langues ou des variantes dialectales de sa propre langue » (2014 : 435).

Du côté des Sciences de l’information et de la communication, les recherches s’intéressent aux sujets et aux interactions acteur-objet, de même qu’aux phénomènes sociétaux au prisme de la communication. L’approche comparative dispose ainsi de certains attraits dont de nombreux chercheurs en SIC se saisissent. D’une part, l’approche comparative internationale est mobilisée pour faire émerger des régularités sociales (De Verdalle et al., 2012 : 13) en établissant des correspondances dans la manière dont des dispositifs médiatiques ou des phénomènes émergent, se construisent et interagissent. Il peut aussi s’agir de tester une théorie dans des contextes nationaux et milieux culturels différents. Convoquer cette approche permet alors d’éviter de généraliser imprudemment le terrain à partir de  connaissances sur un territoire spécifique. D’autre part, l’approche comparative permet également d’interroger les usages de dispositifs communicationnels ou les mécanismes d’émergence de phénomènes médiatiques au sein d’un même territoire. Les usages et les effets intergénérationnels des médias entrent également en ligne de compte. Les objets-sujets comparés sont alors placés au centre de l’analyse dont la finalité est d’observer les convergences et divergences afin de saisir leurs singularités.

En Littérature, l’approche comparative se manifeste notamment dans une discipline à part entière : la littérature comparée. Cette discipline s’intéresse à la comparaison internationale des littératures, le plus souvent entre des langues différentes et moins au sein d’une même langue (Damrosch 2013 : 263). Depuis une approche pluraliste et interculturelle, elle s’intéresse aussi à la mise en relation avec d’autres domaines culturels et artistiques tels que la peinture, la musique, le cinéma etc. D’après Pageaux (2005 : 6), « le comparatiste doit justifier ses mises en relation, ses manipulations, les détours faits par telle ou telle littérature étrangère et les lectures nouvelles qui peuvent parfois révéler, par le jeu des comparaisons, des aspects inédits, ignorés de certains textes retenus ». Outre la littérature comparée, il existe le courant de la « littérature mondiale » qui prend davantage en compte les littératures non européennes et met l’accent sur l’analyse de la traduction (Damrosch 2013 : 626). . D’une manière générale, la littérature comparée met en avant la question de l’altérité, en confrontant les différentes littératures en fonction de leurs contextes socioculturels.

AXES de Communication

Les intervenant.e.s sont invité.e.s à inscrire leur communication dans l’un des axes suivants en développant des réflexions épistémologiques et méthodologiques sur le comparatisme. 

Axe 1 : le comparatisme comme base épistémologique en SHS

Ce premier axe porte sur la définition du comparatisme et les fondements épistémologiques de l’approche ou de la méthode dite comparative. Nous invitions les participant.e.s à développer une réflexion épistémologique portant sur la place et les apports du comparatisme dans la production des connaissances scientifiques en SHS.

Quelle est la place du comparatisme dans l’Histoire des sciences ? Où et quand apparaît le comparatisme comme méthode scientifique ? Comment évolue-t-il dans le temps et selon les aires géographiques ? La comparaison n’apparaît-elle pas, d’une manière ou d’une autre, dans toute recherche, y compris monographique, via des comparaisons internes à un même terrain ou corpus ? Si toute comparaison ne relève pas forcément du comparatisme, comment alors en définir les contours ? De façon générale, qu’est-ce que le comparatisme et qu’apporte-t-il à la connaissance ?

Cette série de questions est évidemment non exhaustive. Toute interrogation portant sur ce qu’apporte    l’approche comparative à la connaissance scientifique est la bienvenue.

Axe 2 : le comparatisme comme méthode en SHS

Cet axe entend questionner la démarche méthodologique du chercheur guidé par une approche comparative. Qu’appelle-t-on des terrains ou corpus « comparables » ? Comment choisit-on les critères de la comparaison ? Sont-ils définis avant, pendant ou après l’enquête de terrain ou le traitement du corpus ? Quelle place est faite aux différences et aux singularités ou, à l’inverse, aux similitudes et régularités ? Comment trouver le juste équilibre ? De façon générale quels sont les apports et les limites d’une méthode comparative ?

Bien que le comparatisme soit mobilisé dans plusieurs domaines en SHS, il semble que ses définitions, ses méthodes et ses usages diffèrent d’une discipline à une autre. Les participant.e.s sont ainsi invité.e.s à analyser les particularités de l’approche méthodologique comparatiste dans le cadre leurs recherches et/ou de leurs champs disciplinaires.

SOUMISSION des propositions

– Les doctorant.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s intéressé.e.s sont invité.e.s à envoyer propositions avant le 8 mars aux coordinateurs et coordinatrices du séminaire :

Nathanaëla Andrianasolo (nathanaela.andrianasolo@univ-reunion.fr)

James McDonald (james.mcdonald@univ-reunion.fr)                                                               

Michele Raharimbolamena (michele.mivolamena@gmail.com)                   

Morgane Andry (morgane.andry@univ-reunion.fr)

– Le résumé (300 mots max.) des propositions doivent contenir le nom, l’institution, le courriel et le titre de la communication. 

Bibliographie

Baron, I. Herslund, M. (2019). Langue, identité et marque pays : La mise en scène de l’identité nationale. Analyse illustrée par une approche constructive franco-danoise. In : Langages. N°214. Armand Colin. pp.117-132.

– Blanchet, P. Chardenet, P. (2011) Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures: approches contextualisées. In : Éditions des archives contemporaines. Agence universitaire de la francophonie (Montréal).

– Coenen-Huther, Jacques (2012). Les paradoxes de la sociologie, Paris : L’Harmattan.

– Damrosch David, 2013, “Global Comparatism and the Question of Language”, In PMLA, Vol. 128, No. 3 (May 2013), pp. 622-628.

– Durkheim, Émile (2010 [1895]). Les règles de la méthode sociologique, Paris : Flammarion.

– Garric, N. & Longhi, J. (2012). L’analyse de corpus face à l’hétérogénéité des données : d’une difficulté méthodologique à une nécessité épistémologique. In : Langages, 187(3). pp. 3-11.

– Jakobson, R. (1958). Les études typologiques et leur contribution à la linguistique historique comparée. In : Essais de linguistique générale. éd. Fr. Minuit. pp. 68-77.

– Lemieux Cyril (2019). Faut-il en finir avec le comparatisme ? Dans L’Homme, No. 229 (janvier/mars 2019), pp. 169-184.

– Letellier, Bénédicte (2010). Penser l’incomparable Dans Hubert Roland & Stéphanie Vanasten (éd.) Les nouvelles voies du comparatisme (p. 15-26), Ginkgo.

– Maingueneau, D. et Charaudeau, P. (2002). Dictionnaire d’analyse du discours. Editions du Seuil. Paris.

– Martinet, A. (1970) Éléments de linguistique générale. Armand Colin. Paris

– Moirand, S. (1992). Des choix méthodologiques pour une linguistique de discours comparative. In : Langages. n°105. Ethnolinguistique de l’écrit. pp. 28-41.

– Pageaux Daniel-Henri, 01/09/2005, “Littérature comparée et comparaisons”, SFLGC, “Bibliothèques comparatistes”, URL : https://sflgc.org/bibliotheque/pageaux-daniel-henri-litterature-comparee-et-comparaisons/, page consultée le 29 Janvier 2021.

– Paugam S. et Van de Velde C. (2010). Le raisonnement comparatiste. In : Paugam S. (dir.), L’enquête sociologique. PUF. pp.357-375.

– Rousseau, J. (1994). La comparaison des langues : modèles et directions. In : Revue  internationale d’éducation de Sèvres. n°01Sörés, A. (2007). Théories et méthodes dans la comparaison des langues: chemins vers la linguistique générale. In : Sciences de l’Homme et Société. Université Paris X.

– Verdalle, L. de, Vigour, C., Le Bianic, T. (2012). S’inscrire dans une démarche comparative : Enjeux et controverses. Terrains & travaux. Vol. 21, n°2, p. 5-21. https://doi.org/10.3917/tt.021.0005.

– Yllera, A. (2014). Linguistique contrastive, linguistique comparée ou linguistique tout court. Consulté en ligne le 16 décembre 2020 à l’URL : https://gredos.usal.es/bitstream/handle/ 10366/131467/978-84-7800-963-3-0435-0446.pdf?sequence=1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search