“Comparer créoles indianocéaniques et sango: la particule préverbale comme marqueur de restructuration” – V. Hummel

Communication dans le cadre du séminaire « Le comparatisme comme base épistémologique et méthodologique en Lettres et SHS », 24 mars 2021 à l’université de La Réunion. Par Véronique Hummel, doctorante sciences du langage, LCF (Laboratoire de recherche sur les espaces créoles et francophones), Université de La Réunion.

INTRODUCTION

Le comparatisme, c’est la base de l’étude des langues. Sans comparaisons entre les langues, il n’y aurait pas de linguistique.

Pourquoi avons-nous choisi de comparer deux créoles indianocéaniques avec une langue africaine ? L’idée vient d’une intuition de l’auteure, locutrice du sango (langue nationale centrafricaine) et du créole réunionnais, qui a vu une similitude entre ce qu’elle identifie comme des particules préverbales, présentes dans les deux langues. Après avoir étudié cette question dans un mémoire de master, elle élargit son champ de recherche en y intégrant le créole seychellois.

Où vivent les locuteurs des langues dont nous parlons ici ?

Voir la carte des aires linguistiques Bantu et Adamawa-Oubangui.

carte des aires linguistiques africaines
Véronique Hummel, LCF, 2019.

On parlera également du tok pisin, langue de Papouasie-Nouvelle-Guinée, au nord de l’Australie.

aire linguistique du tok pisin
Véronique Hummel, LCF, 2019

DEFINITIONS

  • Le comparatisme en sciences du langage
    • Comparatisme = « recherches de grammaire comparée » (Dictionnaire de la linguistique, Dubois et al. Larousse)
    • Grammaire comparée : « branche de la linguistique qui s’occupe de comparer des langues différentes ou une même langue à des moments différents de son évolution » (Larousse, op. cit).
  • Langues isolantes ou flexionnelles ?
    • Isolantes (ou analytiques) : langues sans flexions (chinois, sango, créoles…)
    • Non isolantes (les mots changent de forme selon leur rapport grammatical aux autres) -> 2 catégories.
      • Flexionnelles/fusionnelles : langues avec flexions (déclinaisons, conjugaisons…)

1 marqueur -> plusieurs propriétés (français, allemand, latin…)

  • Agglutinantes -> 1 marqueur/propriété (tamoul, turc, japonais, malagasy, swahili…).
    • Certaines langues ont propriétés de 2 catégories (créole réunionnais)
  • Langue de contact : langue née de la réinterprétation d’une langue-cible dans un contexte de brassage de populations endogènes ou exogènes (Hummel, 2015).

Chapitre 1: Apports et limites du comparatisme en Afrique

  • 1.1. Le comparatisme dans la linguistique africaine
    • 1.1.1 Linguistique essentiellement comparative.
    • 1.1.2 Principaux domaines de recherche (Newman, 2004) :
      • Classification génétique (arbres généalogiques), pour restituer origine commune. Référence = Greenberg 1963.
      • Reconstruction. En comparant données de langues aujourd’hui apparentées, il est possible de reconstruire « proto-langue » (proto-bantu).

1.2 Les limites du comparatisme en Afrique

  • 1.2.1 Difficultés pour reconstruction syntaxique (Newman, 2004). Pas de traces écrites ≠ langues indo-européennes ou sémitiques.
    • 1.2.2 Difficulté pour décrire les contacts entre les langues (Boyd, 1980, Heine & Nurse, 2004). (Sprachbund au sud du lac Tchad).

1.3 Résultats : Un peu plus de 2000 langues africaines, réparties en 4 phylums (super-familles, Heine & Nurse, 2004) Afroasiatiques (dont arabe), Nilo-Saharien (dinka), Niger-Congo (dont sango et langues bantoues), Khoisan.

Caractéristiques linguistiques (Williamson & Blench, 2004) : classification nominale complète et dérivation verbale dans langues bantoues, contraire dans Adamawa-Oubangui.

Conclusion : Sans comparatisme, il n’y a pas de linguistique africaine.

Le comparatisme est à la fois une base épistémologique et une méthodologie indispensable.

Chapitre 2 : Apports et limites du comparatisme en créolistique

2.1  Le comparatisme dans l’étude des langues créoles

2.1.1 Méthode comparative implique que les objets comparés soient considérés comme également dignes d’étude. =>valoriser le statut social d’une langue, important pour les créoles.

2.1.2 L’évidence de l’origine génétique pour créoles. Semble plus facile puisqu’on connaît « langue de base » (langue-mère, langue ancêtre, langue-cible…), souvent une langue européenne. (Mufwene, 2005).

2.1.3 L’hypothèse substratiste (relexification) de Claire Lefebvre avec preverbal markers. Le créole haïtien aurait hérité du fongbe ses marqueurs préverbaux, qui gardent les fonctions du fongbe avec un lexique issu du français :

  1. Mari te       ap   prepare pat. (haitian)
    1. Mari kò      ná     dà wŏ. (fongbe)
    1. Mary ant def-fut prepare dough
    1. ‘Mary would prepare dough.’
    1. ‘Mary would have prepared dough.’

2.1.4 Hypothèse substratiste pour le créole seychellois. Michaelis & al. (2013) : « some of the most probable substrate languages for Seychelles Creole are Swahili, Mwera, Makonde, Yao, Makua, and Sukuma/Nyamwezi. » Notons ici que cette hypothèse considère que le créole seychellois, langue isolante, aurait hérité ses structures de langues bantoues agglutinantes.

2.2 Les travaux de Robert Chaudenson et Salikoko S. Mufwene

2.2.1 Chaudenson (2010) compare de très nombreux créoles et français d’outre-mer, il réfute la thèse substratiste pour créoles indianocéaniques.

2.2.2 Mufwene (2005) reprend l’analyse de Chaudenson. Les créoles sont des langues comme les autres, pas plus « jeunes » que les variétés actuelles de français ou d’anglais. Histoire du langage = transformation, notion d’âge n’a pas de sens.

2.2.3 Beaucoup de questions sans réponses. Mêmes limites que pour langues africaines. A quel moment est apparu le i réunionnais et seychellois ? Selon Chaudenson : après 1720. Mais on n’a aucune précision.

2.3  Qu’est-ce qu’un créole ? La linguistique comparative ne permet pas de répondre à cette question.

2.3.1 Chaudenson/Mufwene : le créole est une langue définie par contexte socio-économique (exogène, société d’habitation puis plantation). Pour nous, un créole est une langue de contact, dont les locuteurs se désignent comme « Créoles » ou « parlant créole ».

2.3.2 Watbled/Chaudenson/Mufwene : la véritable opposition est endogène vs exogène. La langue (de contact) endogène apparaît dans population qui reste sur place (sango, tok pisin). La langue (de contact) exogène apparaît dans une population déplacée (créoles indianocéaniques).

Conclusion : Sans comparatisme, il n’y a pas de créolistique. Mais le comparatisme a ses limites : il permet de défendre théories contradictoires, et ne permet pas de définir ce qu’est une « langue créole ».

Chapitre 3 : La particule i, marqueur spécifique de restructuration

3.1 Une base précieuse pour les comparaisons : The Survey of Pidgin & Creole Languages, où les auteurs étudient 74 langues. Dont 23 nommées « créole » ou « creole » ou « krio »… (1 seul créole pour Martinique + Guadeloupe). Sur la base de cet ouvrage en trois volumes, nous effectuons un travail de comparaison, avec tableau synthétique destiné à être publié dans notre thèse.

3.1.1 Les particules TMA (temps, mode, aspect) ou TAM (temps, aspect, mode) sont décrites par plusieurs linguistes (Bickerton, Lefebvre…) Exemple du créole haïtien + fongbe décrit par Lefebvre, particules TMA entre sujet et verbe. Liste non exhaustive de langues où apparaissent ces particules : créole haïtien, pidgin ghanéen, lingala, créole louisianais, créole mauricien, créole seychellois, tayo (Nouvelle-Calédonie), nengee (Guyane), pidgin Nigeria, palenquero (Colombie), principense…

3.1.2 Mais pas tous les créoles ! TMA/TAM ni nécessaire ni suffisant pour caractériser créole.

3.1.3 Plusieurs langues -> restructuration pronom langue européenne. Particule de reprise du sujet, parfois homophone avec copule et/ou 3e personne sing. : créole Casamance < portugais (i = copule + pronom sujet) ; créole Saint-Vincent (Caraïbes < anglais) (a = copule + pronom sujet 1SG + marqueur progressif) ; pidgin anglais ghanéen (i = reprise pronominale) ;  palenquero (i, o, e = reprises de pronoms) ; seychellois ; réunionnais.

3.2 Les créoles indianocéaniques

3.2.1 Réunionnais a des marqueurs de temps et d’aspect différents de TMA/TAM. (Watbled 2013) Les préverbes sont /te/ et /i/ (le second = le plus fréquent, voir ci-dessous). Il y a des désinences (conjugaisons) et des auxiliaires.

3.2.3 Particule préverbale spécifique = i. Identifiée précédemment en créoles réunionnais et seychellois (i), par comparaison intuitive avec sango (a), cœur de notre recherche. N’existe pas dans les autres créoles à base française.

La particule i existe en tok pisin (langue de contact issue de l’anglais et de langues austronésiennes/mélanésiennes), i = marqueur prédicatif, marque limite entre sujet et prédicat.

  • 4 langues ont particule préverbale spécifique dans notre liste comparée.
  • Marqueur de restructuration dans des langues de contact sans relations génétiques ni historiques (Hummel, 2019).

CONCLUSION

  • Cette comparaison de 74 langues aboutit à déterminer quatre langues qui ont une particule préverbale, qui n’est pas une particule TAM (temps, aspect, mode), et qui est un marqueur de restructuration d’une langue de base. Ces quatre langues sont issues de trois langues différentes. Les créoles réunionnais et seychellois sont issus du français, le sango est une restructuration du ngbandi, le tok pisin est issu de l’anglais et de langues austronésiennes.
  • Cette particule préverbale n’est pas issue du malgache pour le réunionnais, n’est pas issue de langues africaines pour le seychellois, n’est pas issue de langues austronésiennes ou mélanésiennes pour le tok pisin. En sango (langue endogène), elle vient du ngbandi. Ce qui contredit la théorie « substratiste » pour les créoles.
  • Ces comparaisons permettent d’identifier un mode de restructuration spécifique, mais commun à des langues aux origines et localisations très différentes.

BIBLIOGRAPHIE

  • Bouquiaux Luc, Guarisma Glady, Manessy Gabriel, Problèmes de comparatisme et de dialectologie dans des langues africaines, Paris, Selaf, 1980.
  • Boyd  Raymond, « Comparatisme dans les langues Adamawa » in Problèmes de comparatisme et de dialectologie dans des langues africaines, Paris, Selaf, 1980, p. 19-29.
  • Chaudenson Robert., La genèse des créoles de l’océan Indien, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • Dubois Jean & al., Le Dictionnaire de la linguistique et des sciences du langage, Larousse, Paris, 2012.
  • Heine Bernd & Nurse Derek (éd.), Les langues africaines, Paris, Karthala, 2004,
  • Hummel Véronique, « Le « i » du réunionnais et du seychellois remet en cause l’hypothèse du substrat africain », Carnets de recherche de l’océan Indien, n°4, Saint Denis (Réunion), Université de La Réunion, 2019.
  • Hummel Véronique, Etude comparée du créole réunionnais et du sango : toute langue de contact est-elle un créole?, mémoire de master sous la direction de Jean-Philippe Watbled, Saint Denis (Réunion), Université de La Réunion, 2015.
  • Lefebvre Claire, Creole Genesis and the Acquisition of Grammar The Case of Haitian Creole, Cambridge University Press, 1999.
  • Michaelis S. M. & al., The Survey of Pidgin & Creole Languages, Oxford University Press, 2013, vol. 1, 2, 3.
  • Mufwene Salikoko S., Créoles, écologie sociale, évolution linguistique (Cours donnés au Collège de France durant l’automne 2003), coll. Langues et développement, L’Harmattan, Paris, 2005.
  • Newman Paul, « Linguistique comparative », in Les langues africaines, Bernd Heine & Derek Nurse (éd.), Paris, Karthala, 2004, p. 303-318.
  • Watbled Jean-Philippe, « Les particularités morphosyntaxiques du créole réunionnais », Études Créoles, vol. XXXIII n°2, 2015 [En ligne] http://www.lplaix.fr/~fulltext/EtudesCreoles/ watbled.pdf
  • Watbled Jean-Philippe, Principes et contraintes dans la construction des langues de contact : l’exemple des créoles de l’océan Indien. Travaux du CLAIX / Travaux du Cercle linguistique d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence : Université de Provence, 2013, pp.229–252. hal-00906887
  • Williamson Kay & Blench Roger, « Niger-Congo », in Les langues africaines, Bernd Heine & Derek Nurse (éd.), Paris, Karthala, 2004, p. 21-54.

SITOGRAPHIE


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search