Synthèse du séminaire doctoral “Sexe, genre, classe, ethnie ? Réflexions sur la posture des chercheur.e.s” du 27 janvier 2021

Par Bernard Idelson, Université de La Réunion (LCF)

affiche séminaire doctoral LCF Sexe, genre, classe, ethnie

Le chercheur en sciences dites expérimentales interagit souvent avec des molécules : le variant du coronavirus qu’il essaie de séquencer en laboratoire ne perçoit pas le genre, l’ethnie ou la classe de celui ou celle qui l’observe. Alors que le chercheur en sciences sociales et humaines, et en littérature parfois (sauf peut-être pour les dix-huitiémistes!), dialogue davantage avec des êtres humains.

Ce séminaire s’est intéressé à la posture, mais aussi à la condition, du chercheur en sciences humaines et sociales. Il pourrait s’inscrire dans une tradition française, réflexive et pragmatique, propre à la sociologie des groupes professionnels. Car la recherche constitue une activité sociale insérée dans le monde du travail.

En filigrane, et à travers les différentes communications, c’est le thème de la neutralité axiologique chère à Weber, c’est-à-dire de la nécessité de neutralité scientifique, comme celui de la remise en cause dudit paradigme, qui ont été abordés. Ainsi le chercheur peut-il porter un regard sur le social en tenant compte de sa propre expérience subjective, sans la dénier, puisque celle-ci joue un rôle déterminant dans son regard.

I – Le cadrage théorique introduit par Mylène Lebon-Eyquem a proposé d’analyser des pratiques situées de chercheurs, entre positivisme, qui induit une posture de surplomb par essence objective, et herméneutique, dans laquelle le ou la chercheur.e s’implique d’une manière plus réflexive, en tenant compte de son « être » (Ricœur), de son parcours, de sa position sociale, de son genre. Il.elle s’inscrit également dans des interactions sociales au sein de l’institution, ou les relations sont parfois caractérisées par des rapports de domination et de violence symbolique.

À propos de tradition de recherches pragmatiques, les différentes interventions ont plaidé en faveur de l’adoption d’une posture de décentrement prônée par des anthropologues comme Maurice Godelier (qui vécut sept années auprès des Baruya de Papouasie-Nouvelle-Guinée). Il en a été question en littérature, avec Guilhem Armand, à partir de son vécu de chercheur réunionnais, et avec un clin d’œil au relativisme culturel de Montesquieu, lorsqu’il fit allusion au regard, parfois pesant, de certains de ses pairs le contraignant à une identité de littéraire indianocéanique (« de service » ?).

Les organisatrices, Mylène Lebon-Eyquem, Emmanuelle Hess, Delphine Imara Ivoula Ila avaient judicieusement programmé l’ordre des interventions, car la communication de James McDonald qui a suivi interrogea, dans une même perspective comparativiste, les pratiques propres de chercheurs en linguistiques, natifs ou non natifs des espaces qu’ils étudient, à La Réunion et en Ecosse.

À la Réunion, toujours, Morgane Andry, doctorante en sciences du langage, a montré comment l’objet de sa thèse, les stéréotypes genrés et européocentrés repérés dans les guides de voyages dont elle analyse les contenus, l’ont conduite à réfléchir à sa propre condition de chercheuse réunionnaise, au prisme des études postcoloniales.

Cette question fondamentale a été parfaitement résumée par Christiane Rafidinarivo qui est revenue sur sa propre expérience – pour le moins combative – d’observation de la convention citoyenne pour le climat, en s’interrogeant sur la posture de recherche à adopter face une identité également « assignée » de chercheuse « excentrée » et genrée.

II – Somme toute, ce séminaire s’est situé à un niveau microsociologique de l’analyse de situations de recherche concernant les jeux d’acteurs qui se produisent entre enquêteurs et enquêtés. À cet égard, le thème de l’influence présumée de la langue de l’enquête et de l’identité de l’enquêteur a été développé par Michèle Raharinbolamena dont la posture réflexive, qu’elle qualifie de « jonglerie intellectuelle », interroge les interactions et les représentations langagières français/malgaches dans son étude. 

L’expérience de Barbara Losen qui travaille sur la controverse de la crise requin est également heuristique, puisque cette doctorante en sciences de l’information et de la communication a exposé comment elle parvenait à assumer ses différentes identités qu’elle a définies, convoquant Goffman, comme autant de « casquettes » : écologue, chercheure ou militante active, tout en contrôlant ses traces numériques.

Enfin, les trois dernières communications du séminaire ont mis en avant de remarquables témoignages et de savoureux récits de recherche de jeunes doctorantes en anthropologie et/ou en géographie. Celles-ci ont livré des retours sur enquêtes d’un point de vue véritablement réflexif : Darlini Canabady-Moutien, femme, chercheure sur un terrain malbar qu’elle historicise avec bonheur, en rendant participante son observation ; Lauriane Verhoog, chercheure franco-néerlandaise à Madagascar qui a su déconstruire avec minutie les différentes variables personnelles et circonstanciées à prendre en compte dans l’exercice de récolte des données ; ou encore Margaux Malsan, chercheure métropolitaine, « zoreille » investiguant dans deux kartié créoles en voie de gentrification à La Réunion, qui pose également cette question récurrente : que fait le chercheur à son terrain, qu’est-ce que le terrain lui fait ? Interrogation complétée par une question soulevée dans la salle par Nathalie Almar : comment les enquêtés se représentent-ils l’enquêteur ?

Pour conclure cette trop rapide synthèse, nous suggérons deux commentaires d’ordre épistémologique :

1) Le premier point concerne le constat de l’absence, durant le séminaire, d’une véritable réflexion à propos de la « classe », notion indissociable, selon nous, de celles du genre, de l’identité ou de la culture. À l’exception de Margaux Malsan, les intervenant.e.s n’ont pas évoqué leur origine sociale. Cette omission pourrait donner matière à de prochains séminaires : quid du capital symbolique du chercheur, de sa propre condition sociale, des situations précaires des doctorant.e.s que les réformes nationales risquent fort de maintenir, des différences de statuts et de moyens entre les chercheurs de la zone océan Indien ?

« Nous sommes tous des héritiers de notre trajectoire sociale et biographique » rappelait  l’anthropologue de la santé, Didier Fassin, lors d’une leçon inaugurale au collège de France (16/01/2020). Reconnu pour ses travaux sur « l’inégalité des vies », ce chercheur établit le lien biographique entre ses choix d’enquêtes, par exemple auprès des migrants, et sa propre histoire familiale : son grand-père, ouvrier maçon italien, ayant franchi à pied les montagnes alpines pour émigrer en France.

2) Un second exemple apparait éloquent, celui de Jeanne Favret-Saada dont l’itinéraire et les travaux sur la sorcellerie dans le bocage normand se révèlent particulièrement atypiques et audacieux dans le paysage académique français des années 1970 et 1980. J. Favret-Saada s’est volontairement débarrassée des outils et de la posture propres à son métier de chercheure ethnologue au CNRS pour se fondre dans le groupe étudié. En se prêtant elle-même à un désenvoutement, en jouant également, à la demande de la population, un rôle d’exorciste, elle a non seulement revendiqué, mais incarné cette posture subjective. Pour autant, dans son œuvre, J. Favret-Saada conclut à l’universalité des phénomènes humains qu’elle a observés.

Cette montée en universalité, à travers nos propres corps et trajectoires de chercheur.e.s, pourrait constituer un objectif commun, vers lequel nous pourrions tendre tout en restant ouvert.e.s et attentif.ve.s aux altérités.

À l’issue de la séance, les organisatrices du séminaire et les participant.e.s ontété chaleureument remercié.e.s.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. cdohuu dit :

    Que fait le chercheur à son terrain, qu’est-ce que son terrain lui fait ? Voilà une question qu’en tant que doctorant.e, on est amené en permanence à considérer, parfois avec grand bonheur, se voyant peu à peu changé, grandi par ses recherches — parfois avec plus de heurts… Merci pour ce beau séminaire et cette synthèse qui vient taquiner l’esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search